Home

“Tout est sacré… Tout est sacré! Tout est sacré! Il y a rien de naturel dans la nature, mon garçon, garde bien ça en tête…

Le jour où la nature te semblera naturelle, cela marquera la fin d’un monde — et le début d’un autre. Adieu ciel… Adieu mer…

Quel beau ciel… Quel silence! Quelle lumière… Dirais-tu que ce petit morceau de ciel est naturel et ne dépend pas d’un dieu? Et que dire de la mer, en ce jour de tes treize ans? Cette mer où tu peux pêcher, nu-pied, dans l’eau tiède…

Regarde autour de toi… Crois-tu que ce que tu vois est naturel?

Derrière tout ce que tu vois se cache une apparition… Regarde ces nuages qui se reflètent dans l’eau calme à trois heures de l’après-midi… Regarde sur la mer ces gras reflets d’ombre rose… Dans l’ombre des arbres, dans les roseaux, partout où se pose ton regard… Un dieu se cache!

Et si par hasard il ne s’y trouve pas, les signes de sa présence sacrée y sont: le silence ou l’odeur de l’herbe, ou la fraîcheur de l’eau des ruisseaux…

Oui, tout est sacré… Mais le sacré est aussi malédiction! Car si les dieux aiment, ils sont tout aussi capables de haïr!

Peut-être  trouves-tu que j’invente des histoires ou que je me prends pour un poète. Mais rappelle-toi que pour l’homme ancien, tous les mythes et les rituels sont des expériences bien réelles ancrées dans son quotidien et dans son corps.

Pour lui, la réalité est une entité parfaite… Et l’émotion que lui procure le silence d’un ciel paisible est tout aussi profonde que tout ce que peut éprouver l’homme moderne.”

 

Kawase Hasui (1883-1957) Evening on Ushibori, c. 1935

 

« All is sacred… All is sacred! All is sacred! There is nothing natural in nature, my lad, remember that…

The day nature seems natural to you, it means the end—and the beginning of something else. Farewell sky… Farewell sea…

A beautiful sky… What silence! How luminous… Does it seem that a small piece of sky is quite unnatural and possessed by a god? And the sea is the same, on this your 13th birthday! And you can fish barefoot in the warm water…

Look behind you… What do you see, something natural perhaps?

No, it’s an apparition of all that you see behind you, with the clouds reflected in the calm, still water, at three in the afternoon. Look out there, at the black streak on the sea, lucid and pink as oil… Those shadows of trees, those reeds, whosoever your eye roams, a god is hidden!

And if by any chance he were not there, the sign of his sacred presence are: silence or the smell of grass, or the freshness of the cool water.

Yes, everything is holy… But holiness is also a malediction! The gods that love at the same time hate!

Perhaps I’m too much of a liar for you or too poetical. But you see, for an ancient man, all myths and rituals, are real experiences, and party of his daily experience, and his body.

For him reality is a perfect entity… And the emotion that he experiences in the stillness of a silent sky, is equal to the most profound, personal experience of modern man. »

 

• • •

Pier Paolo Pasolini (1922-1975), Médée [Medea] 1969

Le film s’ouvre sur une scène, sur le mont Pélion, entre Jason enfant et le centaure Chiron qui est chargé de son éducation. Un panorama magnifique s’offre à eux. Chiron enseigne à Jason comment considérer la nature qui les entoure.

The film starts with a scene on mount Pelion between the child Jason and the centaur Chiron who is in charge of educating Jason. A magnificent landscape stretches before them. Chiron teaches Jason how to relate to nature.

Kawase Hasui (1883-1957) Evening on Ushibori, c. 1935

• • •

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s