Home

Tout nouveau pas dans la vie suppose une perte et un renoncement. Cela est particulièrement sensible à chaque « première » qui marque une étape essentielle du parcours humain : marcher, manger seul à la cuiller, parler et autres apprentissages de bambin, aller à l’école, atteindre « l’âge de raison », vivre la puberté, éprouver ses premiers émois amoureux, quitter « la maison » et emménager « chez soi », obtenir son premier emploi, s’engager dans la vie à deux, devenir parent, passer par toutes sortes d’accidents de la vie, prendre sa retraite, perdre des proches…

Là où le passage d’un état à l’autre suscite désir et crainte mêlés, où l’on n’est que contradictions et tiraillements, le rite de passage apporte un soutien qui aide à s’affranchir du chaos dans lequel on se sent aspiré. Comment ? En offrant une structure qui permet de donner forme à l’expérience intérieure. Ainsi peut émerger un nouveau sentiment de cohérence et l’énergie, auparavant nouée dans le conflit intérieur, est enfin libérée pour s’investir dans la nouvelle phase qui s’annonce. Cette évolution intime s’accompagne aussi, sur le plan social, de la sortie du groupe humain auquel on appartenait jusqu’alors et de l’identification à un nouveau groupe.

 

Le voyage du heros The heros journey

 

“Each new step in life implies loss and renunciation. This can be felt especially strongly when we reach some crossroads and experience first times : learning how to walk, to eat by oneself and all other early learning, going to school, reaching the age of reason, experiencing puberty, falling in love, leaving ‘home’ and moving by oneself, getting a job, living as a couple, expecting a child and becoming a parent, experiencing all kinds of life accidents, retiring from professional life, losing close ones…

Moving from one state of being to another brings along desire and fear, inner conflict and indecision. Rites of passage help to go through such situations and to free oneself from turmoil and chaos. How does this work? They bring structure to personal experience. From there on, a new feeling of inner consistency may emerge and the energy that was tied up by inner conflict is released at long last. It then can be directed towards experiencing the new phase of life for what it is. Such passage is not only personal. It also translates on the social level by leaving the human group to which one used to belong and by identifying to a new group.”

 

• • •

Tony Khabaz (1955-) (Who is? / Qui est-ce?) , Rites de passage et bien-vivre

Photographe inconnu

• • •

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s