Home

Nature is a temple where living pillars
Sometimes let troubled words escape;
Man reaches it through forests of symbols
Which observe him with familiar gazes.

Like long echoes which are mingled from far away
In a deep and shadowy unity,
Vast like the night and like clarity,
Scents, colours, and sounds answer each other.

There are perfumes fresh as children’s skin,
Sweet as oboes, green as prairies,
— And others, corrupt, rich, and triumphant,

Possessing the expanse of infinite things,
Like amber, musk, benzoin and incense,
Which sing the transports of the spirit and the senses.

 

Nicolas de Stael The heros Journey Le voyage du heros

 

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
— Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l’expansion des choses infinies,
Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,
Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.

 

• • •

Charles Baudelaire (1821-1867), Correspondances / Correspondances, Les Fleurs du Mal / The Flowers of Evil (1857)
Nicolas de Staël (1914-1955), Temple sicilien / Sicilian Temple (1953)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s