Home

« The maiden collected the red, blood-like sap of the tree in the bowl. There it congealed, turning into a round, shiny shape that looked like what should have been her own heart. Thus the red sap substituted for her blood and, from then on, the tree became known as blood-tree.
The maiden said to the Owls: « Up there on the face of the earth you will be esteemed, for it is yours now' ».
« Very well then, you maiden. We shall take you upward. But first we shall take the substitute for your heart to the lords of Xibalba », they said.

And so they arrived before the faces of the lords, who were all awaiting them.
“Was it not successful?” asked One Death.
“It was successful, O lords. Here is her heart in this bowl.”
“Very well. I would see it therefore,” said One Death.
Then he lifted it up with his fingers, dripping with bright red blood.
“Stir well the face of the fire and place it over the fire,” said One Death.
Then they dried it over the fire, while the Xibalbans savored its fragrance and this smell seemed so pleasant to them that tey all rose up to come and bend over the fire.

While they were bending there, enthralled, the Owls departed to guide the maiden up to the hole leading to the earth above.
Thus the lords of Xibalba were defeated, for the maiden had tricked them all. »

 

Cy Twombly Le voyage du heros The heros journey

 

« La jeune fille recueillit dans le récipient la sève de l’arbre. Celle-ci s’écoula, rouge et semblable au sang, pour s’y figer en une boule luisante qui prit l’aspect de ce qui aurait dû être son cœur. Ainsi, la sève rouge  remplaça son sang, et l’arbre fut dès lors connu sous le nom d’arbre à sang.
La jeune fille déclara alors aux Hiboux: « Maintenant, la surface de la terre est vôtre, et vous y serez respectés. »
« Fort bien, jeune fille, répondirent-ils. Nous t’emmènerons en haut. Mais il nous faut d’abord rapporter aux seigneurs de Xibalba le substitut de ton cœur. »

Lorsqu’ils arrivèrent devant les seigneurs, ceux-ci les attendaient.
« C’est déjà fini? » dit Une Mort.
« C’est fini, ô Seigneurs. Son cœur se trouve dans ce récipient. »
« Très bien, que je le voie donc », reprit Une Mort.
Il le souleva du bout des doigts, tandis qu’en gouttait un sang rouge vif.
« Avivez bien les braises et déposez-le sur le feu », ajouta Une Mort.
Ils en firent ainsi et, tandis que séchait le faux cœur, les seigneurs de Xibalba humèrent l’odeur qui s’en exhalait. Ce parfum leur plut tant qu’ils se levèrent pour venir se pencher au-dessus du feu.

Tandis qu’ils demeuraient là, enivrés, les Hiboux rejoignirent la jeune fille et la portèrent vers la sortie qui menait à la terre, au-dessus.
C’est ainsi qu’elle leurra tous les seigneurs de Xibalba. »

 

• • •

Popol Vuh, sacred book of the Maya Quiche / livre sacré des Maya Quiché

Cy Twombly (1928-2011), Anabasis (Xenophon), 1983

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s