Home

“Some time after the great battle against Coyolxauhqui and the Centzon Huitznahua, Coatlicue had begun to notice a change in her son.  While once he had been content to stay close to her side, now He had taken to wandering farther and farther away. Sometimes she would notice him gazing far to the south, the Land of thorns, with an intensity that bespoke of great plans and ambition.

One day, in the year of the flint knife, she watched him staring off longingly at some distant southern land again, and she knew in her heart that her son was planning to leave. “My beloved son…come to your mother,” she said quietly.

In a moment, Huitzilopochtli had reached her side with haste. “What troubles You, Mother?”

“Son… I know your heart is already in some place far to the south, not here at Coatepec. Where do you plan to go?” She asked.

He paused a moment, glancing back to the left of the sun. “As usual, nothing escapes your wisdom, Mother. I need to test my strength, to go on a grand adventure with my people, the Mexica. I have seen it that we will conquer much and found a mighty empire for the glory of the Teteo. How can I resist such an exciting prospect?” He poured out his heart with eagerness, already looking forward to the thrill the future promised.”

 

Mode Muntu, Le Calendrier lunaire Luba, 1979

 

“Peu de temps après la grande bataille contre Coyolxauhqui and the Centzon Huitznahua, Coatlicue remarqua un changement dans les habitudes de son fils. De satisfait qu’il avait été de demeurer à ses côtés, il s’aventurait maintenant de plus en plus loin. Elle le surprenait parfois le regard fixe, tourné vers le sud, vers le Pays des épines, avec une intensité qui trahissait une forte ambition et de grands projets.

Un jour, pendant l’année du couteau de silex, elle le vit une fois encore contempler quelque lointaine contrée du sud d’un regard si épris de désir que, du fond de son cœur, elle sut immédiatement que son fils projetait de la quitter. “Mon fils bien-aimé… viens, approche-toi”, dit-elle d’une voix calme.

Huitzilopochtli vint en toute hâte s’asseoir à son côté. “ Qu’y a-t-il, Mère?”

“Mon fils… Je sais que ton cœur est déjà quelque part, tout là-bas vers le sud, et plus ici à Coatepec. Où as-tu l’intention de te rendre?” demanda-t-elle.

Longtemps, il se tut, regardant à gauche du soleil. “Comme toujours, rien n’échappe à ta sagesse, Mère. J’ai besoin de tester ma valeur et de m’engager, avec mon peuple, les Mexicas, dans une grande aventure. Dans ma vision, je nous vois conquérant un vaste territoire et fondant un puissant empire à la gloire du Teteo. Comment puis-je ignorer de telles perspectives?” répondit-il, avec ardeur, déjà tourné vers les promesses de l’avenir.”

 

• • •

Aztec myth, Mythe aztèque

Mode Muntu (1940-1985), Le Calendrier lunaire Luba, 1979

Notes:
— Coyolxauhqui — la déesse de la lune / the moon goddess.
— Centzon Huitznahua — « les quatre cent de près des épines » c’est-à-dire, symboliquement, « les innombrables du sud » c’est-à-dire les dieux des étoiles du sud / the gods of the southern stars.

• • •

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s